Promotions : jusqu'à 50% de réduction sur une sélection de filaments 3D, d'imprimantes et d'accessoires. Profitez-en dès maintenant !

Comment lisser vos impressions en ABS à l’acétone

Comment lisser vos impressions en ABS à l’acétone

Les rendus des pièces imprimées en 3D à 100 microns de hauteur de couche sont généralement très beaux et lisses, et conviennent à la grande majorité des utilisations, généralement du prototypage ou des pièces finies pour un usage personnel / interne. En revanche pour des pièces dédiées à la vente, ou des créations artistiques par exemple, il est parfois nécessaire d’obtenir de vos œuvres un rendu parfaitement lisse. C’est possible en traitant vos impressions 3D à la vapeur d’acétone ! Ce tutoriel explique comment lisser vos impressions 3D en ABS à la vapeur d’acétone.

Prérequis et matériel nécessaire au lissage de l’ABS à l’acétone

Tout d’abord précisons que le lissage à l’acétone ne fonctionne qu’avec de l’ABS, le PLA se détériorant au contact de l’acétone. Lisser vos impressions 3D en ABS à la vapeur d’acétone peut se réaliser avec très peu de matériel et à très faible coût. Voici les éléments dont vous aurez besoin :

– Un récipient conçu dans un matériau non affecté par l’acétone, en verre ou en métal par exemple.

– Quelques millilitres d’acétone. Vous pouvez trouver des bouteilles d’1 litre d’acétone en supermarché pour moins de 2€.

– Un support pour poser votre pièce dans le bocal. N’importe quoi de résistant à l’acétone et légèrement surélevé fera l’affaire : morceaux de bois, pièce de métal, bloc de carton entouré de papier aluminium…Un fil de fer pour suspendre votre pièce dans le bocal est également envisageable mais possède l’inconvénient de laisser une trace sur votre impression 3D une fois lissée à l’acétone.

– Une plaque chauffante, ou tout simplement le plateau chauffant de votre imprimante 3D.

– Votre impression 3D en ABS

– Un couvercle (à ne pas sceller) pour votre récipient. Ce dernier est optionnel mais cela accélérera le processus de lissage à l’acétone. Nous avions simplement apposé une plaque de carton sur le récipient, laissant ainsi libre court à la vapeur d’acétone de s’échapper si la pression devenait trop importante.

Et c’est tout pour un système basique de lissage à l’acétone ! Tout est donc à portée de main et pour quelques euros seulement.

Attention : L’acétone est extrêmement inflammable ! Veillez donc à ne pas approcher de flamme directement au dessus de votre récipient si vous ne souhaitez que vos mains ou votre visage finissent aussi polis que votre impression 3D. S’il est utile de le préciser, il n’est pas conseillé de respirer de la vapeur d’acétone ! Veillez donc à faire vos lissages à l’acétone dans une pièce bien aérée.

Préparation du lissage ABS à la vapeur d’acétone

Place à la recette ! Prenez tout d’abord votre récipient et ajoutez-y quelques millilitres d’acétone dans le fond. 2 à 4 millimètres d’acétone dans le fond de votre récipient suffisent.

Posez ensuite ce récipient sur votre plaque chauffante. Nous avons utilisé le plateau chauffant d’une Ultimaker pour faire bouillir l’acétone. La température de la plaque chauffante doit se situer entre 90°C et 120°C. Nous avions chauffé le plateau de notre Ultimaker 2+ à 105°C, température à laquelle l’acétone bout et dégage suffisamment de vapeur pour lisser notre impression 3D en ABS.

impression-brute

Une fois que l’acétone bout, placez votre support au fond du récipient en prenant soin de ne pas mettre d’acétone sur la partie qui sera en contact avec votre impression 3D. Posez ensuite votre pièce sur ce support puis, accessoirement, couvrez votre récipient. Laissez maintenant la vapeur d’acétone faire son travail ! Il n’y a pas vraiment de règle concernant le temps nécessaire au lissage. Cela dépendra de la taille et de la physionomie de votre pièce, de la quantité de vapeur dégagée, et du niveau de lissage souhaité.

L’importance du timing et des dimensions de l’impression 3D

La taille et la physionomie de votre impression 3D affectent le temps nécessaire au lissage. Avec une petite pièce, de 3cm de hauteur par exemple, la vapeur l’englobera entièrement et rapidement ; il faut compter 2 à 4 minutes pour retirer votre pièce, parfaitement lissée. En revanche dans le cas de notre Aphrodite, d’une douzaine de centimètres de hauteur, outre le temps de lissage plus long (environ 15 minutes), la vapeur avait tendance à attaquer plus agressivement le bas de la pièce et à laisser le haut nettement moins lissé. La première solution à ce problème serait de retourner la pièce à mi-parcours, encore faut-il qu’elle puisse tenir debout lorsqu’elle est retournée (ou la suspendre avec les inconvénients que cela comporte). L’autre solution un peu plus fastidieuse mais de loin la meilleure pour obtenir de parfaits rendus : intégrer un petit ventilateur dans votre récipient. Celui-ci diffusera la vapeur d’acétone de manière uniforme dans le récipient et donc sur votre pièce !

Une fois que vous estimez le traitement terminé, sortez la pièce si possible en prenant le support et non la pièce elle-même. La surface de l’impression 3D est en effet à ce moment très molle et vous risquez de laisser des traces sur votre impression si vous la saisissez directement.

Laissez finalement votre impression reposer 2h à l’air libre afin que l’ABS se durcisse à nouveaux. Vous pourrez ensuite profiter de votre belle impression parfaitement lisse et brillante !

impressions 3D polies lisser ABS vapeur acétone

Conclusion

Le lissage des impressions 3D en ABS à l’acétone donnent des résultats vraiment surprenants, avec un rendu aussi poli que des Legos, la brillance en plus ! Cet aspect poli et brillant conviendra donc spécialement aux makers dont les créations sont axées vers la vente d’objets, l’art ou de manière plus générale la décoration. Les pièces de précision (mécaniques notamment) ou présentant de très fins détails ne sont en revanche pas idéales à polir du fait de la légère érosion produite par la vapeur d’acétone sur l’impression 3D.

S’il est possible d’obtenir des bons résultats avec peu de matériel, facilement et rapidement sur de petites pièces, il sera nécessaire de bricoler un peu pour les plus grandes créations. En effet l’idéal est d’intégrer a minima à votre récipient un petit ventilateur qui diffusera uniformément la vapeur d’acétone sur vos impressions 3D à lisser.

Avez-vous déjà testé le lissage à l’acétone? Vous avez des conseils à partager? N’hésitez pas ! Sinon, il ne vous reste plus qu’à vous jeter à l’eau, et nous de vous souhaitez de bonnes impressions 3D ! Partagez cet article autour de vous !

Le résumé en vidéo

Ci-dessous le résumé du processus de lissage de l’ABS avec de la vapeur d’acétone, en vidéo. A partager également sans modération !

Samuel

Samuel est technicien SAV chez Makershop et s'occupe également de réaliser de nombreux tests afin de vous guider et vous accompagner dans votre utilisation de l'impression 3D.

Commentaires

  1. Raphaëlle - 14 août 2014 à 13:06

    c’est effectivement une solution très efficace, mais nous avons fait le test sur une pièce n’ayant que des parois assez fines, et les parois ont fondu, et se sont pliées car trop fines. A faire donc, je pense, sur des objets pleins.

    merci en tous cas pour ce tuto, c’est top !

  2. Makershop - 14 août 2014 à 14:21

    Bonjour,
    Merci pour votre commentaire. Il est effectivement plus prudent de ne pas imprimer les parois de vos pièces (shell thickness) trop fines. Cependant nous avions un shell thickness de 1mm sur cette pièce, très raisonnable donc.

  3. LoicV - 14 août 2014 à 14:26

    Très interessant merci ! J’avais pris également une bobine d’ABS chez vous mais j’utilisais d’avantage le PLA. Je vais tester !

  4. dcollette25@gmail.com - 22 août 2014 à 11:43

    BONJOUR
    la finition pour de la maquette d’architecture est elle assez fine ou voit on des strilles
    merci de votre reponse

  5. Makershop - 22 août 2014 à 11:49

    Bonjour,
    Les finitions sont même assez fines sans avoir besoin de lisser à l’acétone pour des maquettes d’architecture. Nous travaillons avec plusieurs cabinets d’Architecture utilisant nos machines dans ce but et les résultats les satisfont entièrement.
    Quant à l’acétone, la finition sera lisse comme une pièce de Lego si vous souhaitez le faire ! 🙂 Attention toutefois à la légère érosion des pièces si ces dernières doivent s’emboiter, s’assembler.

  6. Pascal Deleporte - 27 août 2014 à 04:57

    Bonjour,
    comme vous l’avez fait remarqué, cette méthode fonctionne bien avec de petites pièces.
    Mais pour les grosses c’est beaucoup plus délicat, car la vapeur n’est pas uniforme.
    J’imprime de pièces de grande taille pour mes productions et le résultat n’était pas satisfaisant.
    J’ai un peu tâtonné au début et j’ai presque mis au point une méthode de lissage un peu plus rapide.
    Au début j’appliquais directement l’acétone au pinceau jusqu’à la ce que la couche supérieure de l’abs soit dissoute.
    puis je continuais a balayer au pinceau jusqu’à évaporation de l’acétone.
    Le résultat était aléatoire et donnait un lissage avec des traces de pinceau et des traces blanches(de l’oxydation je pense)
    très difficiles a élever. Et un shoot magistral de l’opérateur.

    Puis j’ai tenté de baigner directement les pièces dans l’acétone en variant les temps pour voir les résultats.
    Le résultat n’était toujours pas satisfaisant car l’acétone pénétrait littéralement la pièce et mettait beaucoup de temps
    s’évaporer car la couche extérieure devenait étanche et conservait l’acétone a l’intérieur de la pièce avec parfois une dissolution de l’intérieur et une croute extérieure solide . et en plus toujours ces traces blanches.

    j’en ais déduit que l’acétone pur était trop violent pour l’utiliser en bain.
    J’ai fait appel a mes expériences de modéliste et je je sais que la peinture a carrosserie mélangée a de l’acétone et vaporisée en couche successives sur les carrosseries en abs des voitures donnait des résultats plus que satifaisant.
    Aspect brillant et adhérence parfaite sur l’abs.

    Après plusieurs test de mélanges peinture/acétone différents
    maintenant je baigne mes pièces directement dans un mélange ~ 50/50 pendant une durée de 10 a 15s maxi en fonction de la taille pour ne pas avoir de pénétration trop importante.
    Puis je laisse évaporer le mélange dans le flux d’un ventilateur ; je sais que c’est bon, car au début du traitement la pièce est froide et collante au doigts, puis elle cesse d’être collante mais reste très froide (comme sortant d’un frigos) beaucoup plus froide que que le flux d’air du ventilateur.
    l’air du ventilateur permet une évaporation a peu prés uniforme du mélange et diminue le blanchiment.

    Quand la pièce imprimée est a température ambiante (~5 a 10 mn) je la laisse « sécher » au repos pendant 1 heure environ.
    le résultat donne un aspect mat avec de légères auréoles blanches mais avec une surface étanche très dure.
    Pour finaliser soit j’applique directement au pinceau le même mélange pour colorer les parties blanchies ou un chiffon trempé
    dans le mélange et je frotte jusqu’à évaporation pour obtenir une couleur uniforme.
    Après pour obtenir l’aspect brillant il suffit de continuer a frotter ou d’utiliser une brosse a faire briller les carrosseries montée sur une perceuse. Je met la perceuse dans un étaux, c’est plus pratique , et je balade la pièce dessus.
    Plus on frotte et plus ça brille (je préfère un léger mat c’est plus indiqué pour mes produits) .

    Comme je fabrique en série je travaille par lots de pièces ce qui permet de faire ces opérations en temps masqué (traitement, séchage, préparation d’impression, ébavurage) .
    je me suis créé tout un outillage( en PLA qui ne se dissous pas dans l’acétone) qui me permet de faire la préhension des pièces sans laisser de traces dessus et aussi de na pas mettre les mains dans l’acétone.
    Pour cela soit j’utilise les point d’assemblage (passage de vis, orifices ) ou je crée des points de manipulation sur les pièces
    Aussi des séchoirs a pièces (des portes manteaux en fil d’acier recyclés) dans lesquels les outils en PLA viennent s’emboiter.

    Le résultat est surprenant la pièce imprimé devient quasi hydrophobe (l’eau ne s’étale pas) très solide presque comme de l’ABS moulé en plus léger.
    Je fabrique du matériel de paintball et la solidité est essentielle (chutes, chocs, et utilisateurs !!!) une solidité que je n’avait pas avec les impression brutes car les couches d’ABS se décollaient (les parties se brisaient)
    Les pièces sont étanche au CO2 , j’ai récemment fabriqués des barillets de révolvers qui résistent aux pressions de propulsion des sparclettes CO2, 3 a4 joules.

  7. Makershop - 27 août 2014 à 09:06

    Bonjour M. Deleporte et surtout, merci pour votre commentaire plus que complet !
    Vous aviez essayé avec un ventilateur pour diffuser uniformément la vapeur d’acétone?
    Quoi qu’il en soit votre méthode est effectivement très très intéressante, et à vrai dire il ne nous reste plus qu’à tester 🙂
    Nous serions très curieux de voir les résultats que cela peut donner, si vous avez l’occasion de nous envoyer quelques photos sur notre e-mail… 🙂
    Nous pourrions même éventuellement en faire un article ‘Lissage à l’acétone Vol.2’ avec votre permission et quelques éventuels renseignements complémentaires si vous êtes d’accord?
    Très bonne journée à vous !

  8. Yann - 23 mars 2015 à 14:30

    Bonjour,

    Le mélange 50/50 est composé d’acétone et de peinture pour maquette ou peinture pour carrosserie?
    Merci d’avance!

  9. Vincent - 23 mars 2015 à 15:26

    La composition du liquide est de l’acétone pur et non pas un mélange, j’ai peut etre mal saisi votre question ?

  10. Makershop - 22 mai 2015 à 10:10

    Merci pour votre retour Nadal !

  11. Nadal - 22 mai 2015 à 09:58

    Bonjour,

    J’ai mis au point un bocal similaire, mais avant tout je vous préviens que la méthode peut être dangereuse en fonction du matériel utilisé car risque d’explosion du bocal ( vapeur d’acétone + électricité )

    Matériel nécessaire :
    Un bocal avec un fond le plus fin possible.
    Un patch chauffant circulaire, avec sonde de température.
    Un ventilateur magnétique UNIQUEMENT ! ( risque d’explosion si utilisation d’un ventilateur conventionnel )

    Lien : http://forums.reprap.org/read.php?110,370456,490078#msg-490078

    Grace au ventilateur, les vapeurs sont brassé dans le bocal, donc peut importe la taille du bocal et ou de la pièce.

    Le ventilateur espacé de 1cm, est fixé au couvercle. Un entonnoir imprimé en PLA est fixé eu ventilateur, il vas servir a éviter au gouttes d’acétone de tomber sur la pièce et de la tâcher. puis la cabine, fixée a l’entonnoir.

    Grace a ces éléments, quant j’ouvre le bocal, la pièce qui est sur le socle viens avec, après lisage, je pose le tout a coté, et laisse tourner le ventilateur a fond pour sécher plus vite la pièce lissé.

    INFO IMPORTANTES :

    – A utiliser sous une hotte, a l’extérieur ou dans une pièce très bien ventilé.
    – Le couvercle se pose sur le bocal, celui ci n’est pas fermé hermétiquement ( on ne force pas l’ouverture).
    Pour ma part j’ai retiré au cutter les élément en plastique qui fessait en sorte de maintenir fermé le bocal car double utilité :
    pas de pression, et pas de risque d’abîmer nacelle et la pièce lorsque l’on ouvre le bocal.
    – Astuce : ma nacelle est une grille, y coller un bout de polyimide et y poser votre pièce sur le coté qui était sur le plateau votre pièce sera totalement lisse.

    Je cherche actuellement un bocal plus grand, genre 30/30cm qui sera lui aussi ventilé afin de faire des pièces toujours plus jolie, si quelqu’un sait ou trouver sa, je suis preneur !

    Pour toutes questions : contact@fredericnadal.fr

  12. berthellemy - 23 octobre 2015 à 10:18

    excellent tuto … pour ma part, lors des formations dans notre showroom, j’utilise un bocal a cornichon avec panier … simple et peu couteux…
    cordialement

  13. Yasuo - 18 novembre 2015 à 19:09

    J’ai eu un résultat bizarre aujourd’hui même avec le lissage à l’acétone. J’ai traité mes deux objets imprimés de la même manière l’un après l’autre et le deuxième a développé une texture sableuse sur sa surface alors que le premier a bien fonctionné.
    Voir photo ici:
    https://scontent-mrs1-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xfa1/v/t1.0-9/12239511_1522283668095049_6446005508548732227_n.jpg?oh=00678e93c4af93613bf498d454cafc18&oe=56F731AE
    Si quelqu’un avait une explication a ce phénomène, je serais intéressé. Cela serait sympa de le maîtriser pour certains objets, mais aussi de l’éviter pour d’autres!
    Sinon je m’inquiète évidemment des vapeurs qu’on respire même dans une pièce bien aérée. C’est au moment ou j’ouvre mon bocal que je peux difficilement ne pas en respirer, pourtant je l’ouvre en extérieur (dans le jardin)… Des idées pour limiter les dégâts? Si je me lance sérieusement dans de la petite série, j’ai peur que ma santé en pâtisse…

  14. MakerShop - 19 novembre 2015 à 16:05

    Bonjour,

    Le lissage à l’acétone dans des conditions « artisanales » peut être sujet à variance effectivement.
    Toutefois ici la différence est frappante : avez-vous imprimé de la même manière vos 2 pièces ? N’y avait-il pas de sous extrusion sur la seconde ? Votre « récipient » est-il clos et ne permettant pas de variance extérieure telle qu’un courant d’air ?
    Quant à la dangerosité de l’acétone elle est effectivement avérée (!) comme mentionné dans l’article. Il s’agit encore une fois d’une solution de lissage « artisanale » et ponctuelle. Si vous souhaitez y avoir recours de manière régulière voire intensive, vous devez prendre les mesures de sécurité nécessaires (aération voir système d’évacuation des vapeurs, masque…).

    Aujourd’hui d’autres outils permettent de lisser sans avoir recours à l’acétone, par exemple le XTC 3D : https://www.makershop.fr/accessoires/35-xtc-3d-polissage-impression-3d.html

    Très bonne journée.

  15. paddy - 18 juillet 2016 à 22:50

    Est-ce que quelqu’un a déjà essayé cette méthode sur des impression en PET ?
    Normalement le PET est également sensible à l’acétone, mais de manière différente de l’ABS j’imagine.
    Est-ce que les vapeurs d’acétone peuvent fonctionner sur d’autres plastiques ? PET, Nylon, Polycrabonate…

*Les champs précédés d’une astérisque sont obligatoires. Votre adresse e-mail ne sera pas communiquée

Articles dans la même catégorie