Promotions : jusqu'à 50% de réduction sur une sélection de filaments 3D, d'imprimantes et d'accessoires. Profitez-en dès maintenant !

Le recyclage dans l’impression 3D

Le recyclage dans l’impression 3D

Tout comme le marché de l’impression 3D, qui connaît une forte croissance ces dernières années, l’intérêt et l’importance du recyclage ne cessent de croître dans notre société actuelle. De nombreux acteurs du secteur de la fabrication additive proposent désormais des solutions permettant d’allier les bénéfices de l’impression 3D à ceux du recyclage.

Marché de l’impression 3D et écologie

L’impression 3D est un mode de production pouvant être considéré comme éco-responsable. En effet, plusieurs avantages se dégagent des technologies de fabrication additive en termes d’écologie. Au niveau particulier par exemple, l’utilisation de machine d’impression permet de réparer le matériel électro-ménager ou high-tech souvent constitué de pièces en plastique pouvant se casser. Ces pièces détachées souvent non-commercialisées peuvent être imprimées et utilisées afin d’éviter de remplacer totalement le matériel.

Au niveau professionnel, l’utilisation de l’impression 3D permet d’internaliser la production, qu’il s’agisse de prototypage ou de pièces finies, et permet de réduire la pollution des transports liés à l’externalisation. De plus la technologie de fabrication additive en comparaison à la fabrication soustractive, est beaucoup moins consommatrice de matière première. Cela permet donc de réduire les déchets et pertes de matière première.

Plast'if, solution de recyclage des filaments 3D

Recyclage et matériaux d’impression 3D

En plus de l’impact éco-responsable de l’utilisation d’imprimantes 3D, il est possible d’utiliser des consommables issus du recyclage. En effet, certains fabricants conçoivent désormais des filaments à partir de matières recyclées afin de donner une deuxième vie aux déchets plastiques.

Les consommables recyclés

De nombreux consommables existent actuellement sur le marché de la 3D. Certains d’entre eux sont biodégradables, comme le filament PLA qui est composé en majeure partie d’amidon. D’autres sont conçus à partir de matière recyclée.

C’est le cas notamment du filament rPET du fabricant Innofil3D, conçu à partir de bouteille d’eau en plastique. Autre fabricant prenant en compte le recyclage, Kimya propose avec sa gamme OWA des filaments PS conçus à partir de cartouches d’encres, de gobelets en plastique ou de pots de yaourt. Ces deux exemples de matériaux mettent en avant la valorisation des déchets. Ils permettent de concevoir des pièces de qualité possédant de très bons aspects visuels.

Services de collecte des matériaux

En supplément de ces filaments recyclés et recyclables, Kimya propose également un service de collecte intégré. Ce service permet aux utilisateurs de stocker leurs chutes de filaments OWA et échecs d’impression dans une boîte qui sera ensuite collectée gratuitement par la société. Ce processus permet de recycler le filament afin de valoriser les déchets.

Service de collecte OWA

Recyclage et réutilisation des chutes de filaments

Des machines, appelées extrudeuses, permettent de réutiliser les chutes de filaments et les impressions ratées pour fabriquer du nouveau filament. Ces machines peuvent être utilisées directement sur site et permettent donc de recycler les matériaux d’impression sans passer par un système de collecte.

Leur fonctionnement est simple, une broyeuse permet tout d’abord de mixer le plastique recyclé en fins copeaux. Ces copeaux seront ensuite fondus à haute température et extrudés à un diamètre défini. Au moment de son durcissement, un laser vient contrôler la régularité de diamètre du filament. Le fil est ensuite enroulé autour d’une bobine vierge afin d’être réutilisé.

Machine pour extruder le filament

Exemple de l’extrudeuse Protocycler de ReDeTec : les déchets de filaments sont fondus, extrudés et le diamètre est contrôlé.

De nombreux fabricants, tels que ReDeTec, Noztek ou Filabot proposent désormais ces machines extrudeuses. D’autres proposent même des solutions complètes intégrant également la technologie permettant de réaliser l’impression. C’est le cas de la solution tout-en-un Plast’if. Sous la forme d’une seule et même machine, cette solution accueille les déchets plastiques, les recycle en filaments 3D et imprime de nouveaux objets. Dédiée aux entreprises, elle vise à sensibiliser les employés au tri des déchets et au recyclage.

Recyclage des bobines de filaments

Enfin, dernier type de recyclage lié à l’impression 3D, il s’agit de la réutilisation des bobines de filament vides. Plutôt qualifiée d’upcycling ou surcyclage, cette pratique consiste à utiliser un objet qui n’a plus d’utilité pour le transformer en un objet utile. On peut en effet trouver des utilisations diverses des bobines usagées comme par exemple la transformation en une structure de rangement pour pièces détachées ou outillage. Vous pouvez retrouver sur ce lien Thingiverse, des modèles de casiers pouvant être intégrés à une bobine vide.

Que pensez-vous du recyclage dans l’impression 3D ? Accordez-vous une importance particulière au recyclage dans l’utilisation de votre matériel d’impression ? N’hésitez pas à donner votre avis et à nous poser des questions en commentant cet article.

Pierre Henri

Pierre Henri est rédacteur web chez Makershop et s'occupe notamment de rédiger des articles d'actualités, d'événements et de nouveautés concernant le marché de l'impression 3D.

*Les champs précédés d’une astérisque sont obligatoires. Votre adresse e-mail ne sera pas communiquée

Articles dans la même catégorie