Interview d’Alexandre, fondateur de 3Dnatives

0
851

Nous avons été à la rencontre d’Alexandre de 3Dnatives pour en savoir un peu plus sur l’un des premiers média de l’impression 3D en France.

Bonjour Alexandre, peux-tu te présenter rapidement ?

Bonjour à tous ! Alors avant de fonder 3Dnatives, j’ai eu un parcours assez varié : 5 années de mathématiques à l’université et un passage par le secteur de la Finance à Londres. Puis, finalement j’ai rejoint l’univers du digital. Cela m’a amené à travailler pour un important site e-commerce dans le domaine de la déco, une expérience où j’ai pu rencontrer de grands designers dont certains avaient recours à… l’impression 3D.

Peux-tu nous parler un peu plus de 3Dnatives ?

3Dnatives est né en 2013, de la volonté de mon associé Marc Pfohl et moi-même de créer un blog francophone de qualité sur l’actualité de l’impression 3D. De simple blog, le site est devenu rapidement le premier média sur le sujet disponible aujourd’hui en français, en espagnol, en allemand et en anglais. Le site s’est également enrichi, au fil des années, de différents services comme le premier comparateur d’imprimantes 3D, de scanners 3D et de filaments 3D afin d’aider les utilisateurs à trouver le bon équipement au meilleur prix. Également un annuaire des professionnels qui compte pas moins de 400 entreprises juste pour la France, un agenda des grands évènements du secteur, une section regroupant les offres d’emploi des entreprises travaillant dans le domaine de la fabrication additive et enfin un forum de passionnés.

comparateur_3DN

Pourquoi avoir choisi le milieu de l’impression 3D pour ce blog ?

L’impression 3D offre un pouvoir de disruption immense dans de nombreuses industries, de la même manière que ce que l’on pouvait entrevoir dans le web à la fin des années 90. À l’époque, on était conscient du potentiel énorme du digital sans toutefois bien cerner ses applications futures. Je crois que pour l’impression 3D c’est la même chose. Peu de nouvelles technologies impliquent autant de changements de mentalité et sur autant de secteurs à la fois. C’est ce qui me passionne le plus à propos de cette révolution que j’ai souhaité partager avec le plus grand nombre.

 

Que penses-tu de l’impression 3D aujourd’hui ?

Avec une veille quotidienne du sujet, je reste encore étonné du nombre de nouvelles machines, de nouvelles applications ou de nouveaux matériaux qui apparaissent chaque jour. Cette émulation est à double tranchant, d’une part elle est bien évidemment positive car elle pousse la technologie vers le haut en améliorant les procédés, en diminuant les coûts pour offrir un accès à toujours plus de monde, mais d’une certaine manière ce dynamisme est aussi négatif car l’utilisateur est perdu face aux nombres de marques, de procédés ou de matériaux disponibles. C’est là où 3Dnatives rentre en jeu, en décryptant quotidiennement les dernières avancées du secteur.

 

Comment vois-tu l’impression 3D de demain ?

Concernant l’impression 3D pour les professionnels, mes certitudes concernent la montée en puissance du métal à court terme. Le nombre d’acteurs a explosé ces derniers mois avec des technologies à suivre de près : XJet, Markforged, DesktopMetal, Admatec, Digital Material, AdMetalFlex, AddUp (Michelin)… la liste est longue et les bénéfices pour les industriels et la variété des applications à venir est certaine. Une autre implication intéressante réside dans la gestion de la supply chain. Bien que cela reste encore timide, des groupes comme Alstom, Boeing ou Seb dévoilent des initiatives intéressantes avec à la clef des modifications profondes de toute la chaîne de valeur : de la conception au prototypage, en passant par la production, le stockage et la distribution. Les premiers à s’intéresser au sujet seront les grands gagnants de demain.

interview_3dnatives_equipe

Pour l’impression 3D personnelle, je suis incapable de vous dire si votre voisine aura demain sa propre imprimante 3D à la maison, même s’il est vrai que le noyau dur des makers continue à croître doucement. Ce que j’observe toutefois, c’est l’arrivée croissante de services à la personne en lien avec l’impression 3D. Que ce soit des plateformes de mise en relation comme Freelabster ou 3D Hubs, des services d’impression de pièces de rechange comme celui imaginé par la chaîne de magasins Boulanger, ou le développement de réseaux d’opticiens, joailliers ou prothésistes audio, dentaires ou orthopédistes proposant leurs modèles sur-mesure imprimés en 3D. Des initiatives passionnantes qui offrent une réelle valeur ajoutée pour le client final.

 

Quels sont tes projets pour la fin de l’année ? Et pour 2018 ?

Toute l’équipe se concentre désormais sur les 4 langues où nous sommes présents. Nous voulons accroître notre présence sur ces pays en couvrant davantage les dernières innovations des acteurs locaux et internationaux.

Aussi, nous développons de nouveaux services en ligne pour aider les utilisateurs, professionnels et particuliers, à mieux appréhender la technologie. Nous avons notamment lancé récemment une nouvelle version du site, plus ergonomique et responsive, permettant aux visiteurs de rapidement trouver la réponse à leurs questions.

Dans un autre registre, nous avons lancé un nouveau média dénommé 360natives.com, dédié à une autre technologie prometteuse, à savoir la réalité virtuelle et la réalité augmentée. Le site est encore jeune mais compte déjà une communauté de lecteurs assidus.

 

Merci Alexandre pour toutes ces réponses !

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here